Qu’importe la vitesse pourvu qu’on y arrive


 

courir-rendrait-plus-intelligent-800xJeune, les personnes qui ne me connaissaient pas m’appelaient « la fille qui court » Désormais je me traîne souvent comme si j’avais du plomb dans les bottes, avec  un genou qui bloque, une hanche qui commence à débloquer, et une fatigue qui vient plus vite! j’accomplis en une heure ce que je faisais en un quart d’heure…Mais qu’importe, puisque j’ai l’impression que mon cerveau, lui, ne vieillit pas encore trop vite, je dirais même plus que l’age aidant il réagit plus efficacement et que ma mémoire s’améliore quelque peu, grâce aux cours de théâtre sans doute.De plus, avec le temps, je me sens de plus en plus tolérante , sachant qu’étant très loin d’être parfaite, je ne peux pas exiger des autres qu’ils le soient!escargot002un genoux

Publicités

2 commentaires

  1. nuage1962 · février 11, 2015

    mieux vaut être moins vite mais avoir tous les autres atouts

  2. ermite-athee · février 12, 2015

    O.K avec Nuage : Moi , Je me traine aussi avec une jambe qui me fait mal ( phlébite plus scoliose ) et mon cerveau….pfffff
    Amitiés
    Francis

Les commentaires sont fermés.