pourrais faire mieux!


   Faire le ménage n’est pas ma passion! quiconque entre chez moi pourra facilement s’en rendre compte!Allergiques à la poussière, planquez vous! je fais le minimum vital! aspirer, laver les sols,la vaisselle tout de même !j’enlève l’excédent de dentifrice sur les miroirs de la salle de bain, je retappe vite fais les couettes, et la j’estime que ca suffit! j’en ai déja raz le bol! Mais alors, quand des invités viennent dîner, panique a bord! toutes les crasses ignorées me sautent aux yeux: c’est l’horreur, je regarde sans pitié tous mes "oublis", munie de grands sacs plastique,je ramasse en vrac tout ce qui traine! puis petit coup de plumeau sur les meubles,les plinthes, enfin passage en revue des couverts et des verres un peu terne!  et je pense en souriant que peu-êre mes amis font la même chose chez eux, quand c’est moi l’invité

ma mèrel ….la Mer… ..


  Elle a berçé toute mon enfance,la maison ou je suis née était toute proche…mes premiers pas,maladroits, je les ai esquissés sur le sable,j’aieu la chance d’ouvrir tout bébé mes yeux émerveillés sur elle,d’enregistrer dans mon cerveau  le chant apaisant de ses vagues,plus tard, bien que la sachant dangereuse pour les marins,je n’ai jamais eu peur d’elle!  Lors des grandes marées, je courrais sur les rempars, riant de me faire éclabousser!          quand j’ai su nager, ce fut un des plus beau jour de ma vie! j’ai appris toute seule, en laissant d’abord un pied au fond! puis je me suis lançée!           Quelle sensation extraordinaire! ne plus sentir le poid de son corps! être en symbiose totale avec Elle! Plus tard j’ai habité loin d’Elle,ne la retrouvant que l’été, alors j’éprouvais un manque terrible! mais les retrouvailles étaient une fête!  mariée, je suis restée dix-sept ans éloignée, aussi dés le divorce pronnoncé j’ai filé la rejoindre,mes quatre enfants sous les bras!            je trouve curieux quel’on nomme notre planète la"terre" alors que la surface des océans est bien plus grande! c’est le bleu qui domine!  on dit des rêveurs qu’ils n’ont pas les pieds sur terre, bien moi j’ai les pieds dans l’eau